L’apnée du sommeil et le ronflement

page main image

Lorsque l’on dort notre corps entre dans un état de relaxation qui cause un relâchement musculaire dans le corps durant toute la durée du sommeil. Plusieurs muscles se situant au niveau de la gorge deviennent lâches et diminuent le diamètre des voies respiratoires. Lorsque l’espace dans les voies respiratoires devient insuffisant, l’air inspiré voyage plus vite vers les poumons et fait vibrer les tissus tels le palais mou, la luette et la gorge. Cette vibration est bruyante et constitue le ronflement. Si l’espace diminue considérablement, il arrive qu’une obstruction complète des voies respiratoires se produise et provoque un arrêt complet de la respiration, on assiste à un épisode d’apnée obstructive du sommeil.

 

Une apnée représente une pause de la respiration de dix secondes ou plus durant le sommeil. Cet arrêt est suivi d’un éveil ou micro-éveil qui a pour but de rétablir la respiration et permet à l’air de passer de nouveau dans les voies respiratoires. Un patient apnéique peut avoir une centaine de tels arrêts dans une nuit bien qu’il ne s’en rend pas compte.

 

Le ronflement est habituellement associé à l’apnée du sommeil mais il est possible de ronfler et de ne pas faire d’apnée.

 

Pour savoir si une personne souffre d’apnée du sommeil ou si elle ronfle, elle doit être évaluée par un médecin spécialisé dans le sommeil.

1

Quelques informations importantes

L’apnée du sommeil et le ronflement ont été et sont encore malheureusement des conditions médicales sérieuses négligées par certains professionnels de la santé. Heureusement, depuis un peu plus d’une dizaine d’années c’est un sujet qui a fait l’objet de nombreuses études scientifiques approfondies et rigoureuses qui ont permis aux médecins de mieux comprendre ses répercussions sur le corps humain. Outre les facteurs de risque connus, l’apnée du sommeil et le ronflement sont des causes indépendantes de nouveaux diagnostics d’hypertension artérielle, de dépression, de maladie cardiovasculaire, d’insuffisance cardiaque, de fibrillation auriculaire, d’accidents de la route et du travail, d’invalidité, de diabète, de cancer, ainsi que de troubles d’apprentissage, de comportement et d’attention chez l’enfant. Il a été démontré que près de 50% des troubles diagnostiqués de TDAH sont liés à des troubles du sommeil chez l’enfant.

 

Les patients souffrant du syndrome d’apnée obstructrice du sommeil (AOS) modéré à sévère court le risque d’augmenter leur taux de mortalité de 50% si leur condition n’est pas traitée et qu’ils ont plus de 50 ans. L’AOS et le ronflement constituent un stress pour le corps et augmente le risque de d’hypertension, d’infarctus , d’insuffisance cardiaque,
d’AVC et de décès.

 

Il a même été démontré que l’AOS serait liée à l’apparition de trouble de concentration et de mémoire, de dysfonction érectile et une diminution de la qualité de vie de couple.

 

Le diabète et l’apnée

 

À prime à bord , on pourrait croire qu’il s’agit de conditions distinctes non associables. Il semblerait que ce ne soit pas le cas puisque des études rapportent que les patients souffrant d’apnée sont neuf fois plus à risque de développer le diabète que la population en général. Plus de 40% des hommes souffrant de diabète de type 2 souffrent d’apnée. Les recherches récentes suggèrent que le traitement de l’apnée du sommeil pourrait aider les gens souffrant de diabète de type 2 à dormir mieux ainsi qu’à améliorer leur niveau de sucre dans le sang. Cette diminution du niveau de sucre diminue les risques de complications dues au diabète telles que les maladies cardiaques et rénales

prime

La pression artérielle et L’AOS

Tout récemment, une étude suédoise publiée dans le Journal of Oral Rehabilitation a voulu évaluer si le port d’un appareil d’avancement de la mandibule pouvait réduire l’hypertension artérielle un peu comme on a déjà observé avec le CPAP. 29 patients souffrant d’AOS et d’hypertension artérielle ont été suivis sur une période de 3 ans après la mise en bouche d’une appareil d’avancement mandibulaire pour la correction de leur apnée. Ils ont ainsi évalué l’apnée et la pression artérielle des patients deux fois après le début de l’utilisation de l’appareil, soit après 3 mois et après 3 ans. La première évaluation a démontré une diminution significative de la pression artérielle chez ces patients. Cette diminution s’est maintenue après trois ans. Ils ont donc pu conclure que, comme le CPAP, l’orthèse d’avancement mandibulaire (OAM) diminue l’hypertension et comme une grande partie des patients apnéiques sont aussi hypertendus c’est une découverte significative.

doctor

Solutions

Dans plusieurs cas le compresseur (CPAP) demeure le meilleur traitement pour l’apnée.

iStock-1327764532

Orthèse d’avancement mandibulaire

Cependant, de plus en plus d’études démontrent qu’il est possible d’obtenir d’excellents résultats avec un petit appareil intra-buccal appelé une orthèse d’avancement mandibulaire.

Dans le cas où vous n’arrivez pas à vous adapter au compresseur, venez nous consulter !

Nous pouvons vous aider